Réouverture de la Boutique Officielle !

Metz revient de loin !

Menés logiquement 0-2 sur leur pelouse à la pause après une première période catastrophique, les Grenats sont parvenus à remettre les compteurs à égalité en seconde mi-temps grâce à Yeni Ngbakoto et Ivan Balliu (2-2). Le FC Metz n’est pas passé loin de la correctionnelle mais a démontré une belle capacité de réaction.
Partager cet article :

La soirée s’annonçait cauchemardesque, elle ne le sera finalement pas tout à fait. Le FC Metz n’a toujours pas retrouvé le goût de la victoire à l’occasion de la réception du Clermont Foot, ce vendredi soir, mais il est au moins rentré au vestiaire avec le sentiment d’avoir évité de peu un déluge. Si la seconde période s’était déroulée comme la première, nul ne doute que la douche aurait été plus glacée que la température hivernale qui régnait dans les travées de Saint-Symphorien en ce 16 octobre.

Ou la sensation d’avoir évité le pire. Le pire ? Plus qu’une seconde défaite de suite à la maison, une déroute. Car c’est bien sur ce chemin que s’étaient engagés les joueurs de José Riga durant la première heure de jeu. Dominés, malmenés, battus dans tous les compartiments du jeu et un peu à côté de leurs chaussures, il faut l’avouer, ils ont passé près de soixante minutes à donner le bâton aux Clermontois pour les battre, et le ballon avec. Les Auvergnats, pas radins mais quand même pas du genre à laisser passer le train, ont profité des étonnantes faiblesses affichées par le FC Metz pour imposer leur marque à la partie. Et ouvrir la marque. Puis la doubler.

Le danger « Diedhiou », meilleur buteur de Ligue 2, avait été placardé partout : cela ne l’a pas empêché de frapper à nouveau et d’ajouter l’herbe verte de Saint-Symphorien à la longue liste des théâtres de ses exploits. Dès la septième minute de jeu, l’artilleur clermontois, trouvé dans l’intervalle de la défense grenat par Hunou, trompait David Oberhauser d’une frappe plein axe dans la surface (0-1, 7°). Loin d’avoir fini le job, les hommes de Corinne Diacre renforçaient leur pressing, confortaient leur organisation tactique, continuaient d’intercepter une quantité invraisemblable de ballons et finissaient donc logiquement par creuser l’écart. Sur un coup-franc de Dugimont boxé par Oberhauser, Adrien Hunou reprenait des vingt mètres le cuir (0-2, 33°).

En face, Yeni Ngbakoto avait bien tenté de devancer le portier adverse sur une longue passe de Lejeune, mais il ne réussissait qu’à buter sur Jeannin (21°). Habib Diallo vivait quant à lui une difficile deuxième titularisation de la saison à la pointe de l’attaque. Sans avoir eu beaucoup de ballons à croquer, il était remplacé dès la mi-temps par Dieudonné Gbaklé, laissant Ngbakoto glisser seul aux avant-postes.

Au retour des vestiaires, il fallut quand même encore un peu de patience aux supporters de Saint-Symphorien. L’exclusion de Cédric Avinel peu après l’heure de jeu pour une faute grossière en tant que dernier défenseur sur Yeni Ngbakoto, à la limite de la surface de réparation, fut certainement l’élément déclencheur du jeu messin (64°). Car les Grenats se remirent d’un coup à jouer. De mieux en mieux. Au point de réchauffer un peu les travées et surtout, de faire bouger le tableau d’affichage.

A l’origine de la réduction de l’écart, un rush de Gbaklé côté droit. Au milieu d’une certaine incompréhension clermontoise, Yeni Ngbakoto surgit pour frapper. Son tir, détourné par un défenseur, finit sa course dans le petit filet opposé (1-2, 77°). Requinqués, les Grenats organisaient alors enfin la riposte. Par vagues successives, ils parvinrent à mettre la pression sur des Visiteurs de moins en moins sereins et en infériorité numérique. L’une d’elles fut la bonne. A la reprise d’un corner de Candéias repoussé par la défense auvergnate, Ivan Balliu, à vingt-cinq mètres, ne se posa aucune question : en équilibre, il reprit de volée du droit le cuir qui fut propulsé au fond du but de Mehdi Jeannin (2-2, 85°).

Les supporters présents au stade se prirent alors à espérer, jusqu’au bout du temps additionnel, une victoire à l’arrachée. Mais les dieux n’étaient peut-être pas tous réunis en Moselle ce vendredi soir. Le FC Metz termine avec un nul ce match dans lequel il était particulièrement mal embarqué : rien que ça, c’est déjà presque un petit miracle !
 

A lire également

19mai2022

Album photos

À deux jours du déplacement au Parc des Princes, les Grenats ont une nouvelle fois foulé les pelouses. La séance du jour en images grâce à Vacomm...
Lire la suite

Web TV

19/05/2022 PSG - Metz, la conférence d'avant-match Toutes les vidéos
Lire la suite

Actualités

Ce jeud 19 mai à partir de 12h00, suivez en direct le point presse de Frédéric Antonetti, avant le déplacement au Paris Saint-Germain, à l'occasion...
Lire la suite