Réouverture de la Boutique Officielle !

On en redemande!

Menés au score, les Grenats sont parvenus à renverser complètement la tendance et reviennent de Vannes avec une deuxième victoire en deux matches de championnat (1-2). Un succès arraché avec les tripes !
Partager cet article :

Il faut bien un premier accroc, un jour les bonnes séries s’arrêtent. On a longtemps cru que pour le FC Metz, ce moment interviendrait en ce samedi soir, au Stade de la Rabine. Et bien non ! Les Grenats ne voulaient pas s’arrêter , pas déjà ! Ils ont bien raison, qu’ils continuent de nous offrir cet enthousiasme et cette rage de vaincre qui les animent depuis le début de la saison !

Car c’est bien grâce à ces qualités mentales qu’ils ont réussi à arracher les trois points à des Vannetais peut-être plus en jambes, peut-être plus précis techniquement, peut-être plus fluides dans le jeu. Mais ce sont les Bretons qui s’inclinent. Car, menés au score dès l’heure de jeu, sans avoir jusque-là exercé de véritable domination qui aurait pu les rassurer, les Messins ne s’en sont pas laissé conter. Sans céder à l’impuissance, sans paniquer, ils ont peu à peu repris du terrain à leur adversaire. Peu à peu, confiants dans leurs capacités, ils ont retrouvé ce qui leur avait permis de négocier parfaitement leurs deux premières sorties et ils ont fini par égaliser puis prendre l’ascendant, définitivement. Si ce n’est pas magique, c’est au moins impressionnant !

Pourtant, rien ne laissait présager cette heureuse issue finale. Les Grenats ont ainsi mis du temps à rentrer dans la partie. La faute à des Vannetais qui ont plongé tête la première dans ce qui devait être pour eux le match du rachat après une défaite en championnat et une élimination en Coupe de la Ligue, toutes deux concédées à domicile. Très entreprenants, les joueurs de Le Mignan ne se posaient pas de question et cherchaient d’emblée à porter le danger sur le but adverse. FC Metz ou pas, quand on est dans l’obligation de l’emporter, le mieux est de ne pas tergiverser.

Haquin, qui avait inscrit un vain triplé face au Gazélec d’Ajaccio il y a quatre jours en Coupe, portait la première estocade par le biais d’un centre-tir qui ne leurrait pas Carrasso (5°). Quelques minutes plus tard, ce fut encore l’attaquant du VOC qui faillit offrir l’ouverture du score aux siens : sur un centre de Ben Mohamed venu de la gauche, Haquin se procurait une double occasion mais ses deux tirs décochés coup sur coup étaient repoussés par Carrasso puis par Bussmann sur la ligne (11°).

A ce premier avertissement sans frais, les Messins répliquaient par un coup-franc enroulé de Grégory Proment qui ne devait qu’à une envolée de Le Rouzic de ne pas filer en lucarne (17°). Passées vingt premières minutes durant lesquelles ils peinèrent à trouver leurs repères et accumulèrent les approximations, les Grenats reprirent un peu de couleurs. Si Vannes posait bien le jeu, ce sont les Visiteurs qui se procuraient de belles opportunités en contre : mais Bouna Sarr n’eut pas le bonheur d’inscrire son premier but cette saison, malgré une frappe sèche (27°) et une tentative plus enroulée (29°) qui furent toutes deux détournées par un Le Rouzic en forme.

Juste avant que l’arbitre ne siffle la pause, Ben Mohamed faisait savoir que les siens n’allaient pas se contenter de ce score nul et vierge : son centre trouvait la tête de Métanire qui obligeait Carrasso à rester vigilant sur sa ligne (42°).

Et ce n’est pas au retour des vestiaires que les joueurs lorrains allaient trouver les ingrédients pour percer ce bloc vannetais, bien en place et efficace dans ses tentatives. Du moins, pas tout de suite. Au cœur  des offensives des joueurs du Morbihan, un Ben Mohamed omniprésent. A la réception d’un centre trop long de Diguiny (47°) ou à la baguette d’un coup-franc direct dégagé par Carrasso (50°), il fut aussi épaulé par ses coéquipiers : peu avant l’heure de jeu, Youssouf perçait l’arrière-garde adverse pour crucifier le portier lorrain qui cette fois, n’avait rien pu faire (1-0, 57°).

Par la suite, le VOC aurait même pu accroître son avance par Haquin (63°), Youssouf (74°) et surtout sur un corner direct claqué par le numéro 1 du FC Metz puis repoussé in extremis par Bussmann (76°).

Mais cela, c’était déjà après. Après que Yéni NGbakoto a inscrit son troisième but cette saison, après qu’il a égalisé et remis les siens sur le chemin qu’ils connaissent depuis le début de ce championnat de National : celui de la victoire. C’est Diafra Sakho qui, tel un renard, avait chipé le ballon à un défenseur adverse pour adresser de la droite un centre au point de penalty : Yéni NGbakoto, en déboulant à toute vitesse, trompait Le Rouzic impeccable jusque-là (1-1, 76°). Le pauvre gardien n’était toutefois pas au bout de ses peines : trois minutes plus tard, il accrochait Sadio Mané qui se présentait seul face à son but et offrait un penalty aux Messins. Transformé par Diafra Sakho sans trembler (1-2, 79°), ce coup de pied de réparation parachevait la révolte grenat.

Il restait dix minutes à tenir pour les joueurs d’Albert Cartier, mais ces derniers firent mieux que cela : ils continuèrent d’aller vers l’avant, exploitant au maximum les espaces libres laissés par leurs adversaires partis à l’assaut des cages de Carrasso. Mais le score en resterait là, c’était écrit : le FC Metz continue sa route en National avec une deuxième victoire en deux matches. Prochaine étape : vendredi 17 août à Saint-Symphorien face au Poiré-sur-Vie. 


Revivez les meilleurs moments du match à travers notre live texte !

A lire également

22sep2021

Le Match

En ce 22 septembre, le FC Metz était opposé au PSG, leader du championnat, dans le cadre de la 7ème journée de Ligue 1 Uber Eats. Cette rencontre...
Lire la suite

Actualités

Boubakar, votre équipe accueille le Paris Saint-Germain ce mercredi. Dans quel état d’esprit abordez-vous cette rencontre très attendue ?  Boubakar...
Lire la suite

Actualités

Pour cette 7ème journée de Ligue 1 Uber Eats, et la réception du Paris Saint-Germain, Boubakar Kouayté est à l'honneur dans la Gazette de Saint-Symph...
Lire la suite