Réouverture de la Boutique Officielle !

Face à face… Bassong – Belson

Ils sont tous deux issus de la banlieue parisienne, bercés au rythme du rap français et de ses répliques fracassantes. Naturellement, aucun ne rechigne lorsqu’il s’agit de ‘balancer’. Bassong-Belson, c’est le duo idéal pour un face à face tranchant…
Partager cet article :

Pour la première fois depuis trop longtemps, les deux
compères ont de nouveau joué ensemble, dans la même équipe,
en Ligue 1. C’était contre Nancy, le 27 octobre dernier, pour un
match nul 0-0. Blessé, Flavien Belson l’a souvent été
ces derniers temps. C’est depuis les tribunes qu’il a suivi la progression
de son ami Sébastien Bassong, qui est sans doute le plus heureux de le
voir à nouveau sur pieds.
Président de l’association FC Metz, Jean-Paul Scheid, au départ,
n’arrivait pas à différencier les deux joueurs. «
Heureusement qu’il y a un gaucher et un droitier,
plaisante-t-il. Une
fois sur le terrain, je pouvais ainsi les reconnaître. »
Il faut
dire, très sérieusement, que les similitudes entre les deux garçons
sont nombreuses. Aussi bien sur le plan de l’apparence physique que dans
l’esprit, ils se ressemblent. Voilà qui nous promet donc un face
à face serré…

Que préférez-vous
dans le football ?

Sébastien Bassong : « J’apprécie le beau jeu, les
actions bien construites même si je suis défenseur. Mais j’aime
avant tout le sentiment éprouvé après une victoire. Les
périodes comme celles que nous vivons actuellement, je les vis mal. Pour
moi, c’est frustrant et énervant. »
Flavien Belson : « Le jeu, mais aussi le contact avec les autres joueurs,
l’esprit d’équipe. Le football amène à se dépasser,
à chercher constamment la progression. Il y a toujours quelque chose
à travailler, à acquérir. »

Quelles sont les valeurs les
plus importantes dans le football ?
S.B. : « Travail, humilité et abnégation.
»
F.B. : « Détermination, générosité et persévérance.
»

Dans quel club rêves-tu
de jouer ?

S.B. : « Le Paris SG et Barcelone. Flavien répondra Arsenal, sans
doute. »
F.B. : « Arsenal, pour le jeu pratiqué. Mais c’est avant
tout le championnat anglais qui m’attire pour l’ambiance, les stades
pleins, l’engagement dont les joueurs font preuve tout en se respectant.
»

Le plus beau moment de ta vie
?

S.B. : « C’est lorsque j’ai vu pleurer Flavien au Centre de
Formation. C’était après un conseil… »
F.B. : « Je le vivrai peut-être ce mois-ci. Les intimes comprendrons…
»

Sébastien Bassong face à LensVotre premier match sous les
couleurs du FC Metz ?

S.B. : « C’était un match amical de préparation avec
les 15 ans, sous la houlette d’Olivier Perrin. Je me souviens avoir ressenti
un sentiment étrange. J’étais heureux, mais je m’apercevais
également que je portais le maillot d’un club ‘pro’.
Je me suis dit : ‘maintenant tu y es’. Par la suite, je dois avouer
que plus jeune, j’étais très énervant, très
chiant. Je ne faisais que dribbler même lorsque j’étais dernier
défenseur. On a pris pas mal de buts à cause de moi. Si Olivier
Perrin n’a plus beaucoup de cheveux sur la tête aujourd’hui,
j’y suis pour quelque chose. »
F.B. : « Une rencontre face à Magny en amical avec les 15 ans.
Je me souviens que Momar N’Diaye avait également participé
à cette partie. Nous avions gagné et il avait inscrit un but d’une
frappe dans un angle très fermé. C’était mon premier
véritable match en tant que Messin, après avoir effectué
plusieurs tests et tournois amicaux. C’est Julien Volpé (ndlr :
l’œil du FC Metz en région parisienne) qui m’avait repéré
alors que je jouais à Montrouge en Division d’Honneur. Un très
bon club formateur où ont aussi évolué Ben Arfa et Dia.
»

Quel joueur admiriez-vous étant
gamin ?

S.B. : « Aucun en particulier. A mon poste, j’aime bien Mexes, car
c’est un joueur très complet. Il a de l’assurance, de la
technique, une bonne relance, de la puissance et une présence dans les
duels. »
F.B. : « Je ne peux pas dire que j’ai eu une idole. J’apprécie
Patrick Vieira pour son engagement. Et puis, nous avons un peu le même
physique. Mais j’ai encore beaucoup de boulot pour atteindre son niveau.
»

Le but que vous rêvez de
marquer ?

S.B. : « Un ciseau retourné comme celui qu’a inscrit Daniel
Gygax la saison passée, mais en mieux. Je reçois un long ballon,
je suis à l’entrée de la surface et je l’envoie en
pleine lucarne d’un retourné. Vraiment, si je le mets un jour celui-là,
je ne dors plus pendant un an. »
F.B. : « Nous partons en contre-attaque. J’hérite du ballon
au milieu de terrain, je passe une roulette sur le premier défenseur,
un passement de jambes face au second et je bats le gardien d’un ballon
piqué ! »

Votre disque préféré
?

S.B. : « J’écoute de tout. Alors, je ne sais pas quoi choisir.
Au départ, comme tout jeune habitant en banlieue parisienne, j’ai
baigné dans le rap français avec NTM notamment. Puis, en famille,
j’ai découvert la musique africaine. On s’ouvre avec le temps.
Maintenant, je suis très éclectique ! »
F.B. : « En ce moment, c’est ‘Jay-z’. J’aime bien
le RNB, la zouk, le ‘dance hall’ et un peu de musique africaine
de temps en temps. Mon premier disque, je l’ai acheté en sixième
et je l’écoute encore ! Il s’agit de « Première
consultation », de Doc Gynéco. »

Vous rencontrez Dieu et vous
avez le droit de lui poser une seule question. Que lui demandez-vous ?
S.B. : « Une faveur : qu’il m’assure que j’aurai
une place au paradis à ses côtés ! »
F.B. : « Pourquoi y’a-t-il autant de différences, d’inégalités,
d’injustices dans le monde ? »

Quel est votre principal point
commun ?
S.B. : « Je pense que c’est la ‘déconne’.
Nous avons le même style d’humour. Nous aimons bien chambrer les
gens, même ceux qu’on ne connaît pas spécialement.
Flavien, il a l’air gentil comme ça mais il est comme moi. En fait,
depuis qu’il est à Metz, il joue un rôle de garçon
sérieux. Ca fait des années qu’il est en pleine pièce
de théâtre ! »
F.B. : « Nous en avons beaucoup : le foot, la façon de plaisanter
et notre origine puisque nous venons tous deux de banlieue parisienne. Je crois
que nous avons aussi un peu les mêmes principes dans la vie. Nous essayons
de toujours positiver, de garder le sourire même lors des moments difficiles.
»

Flavien BelsonSébastien, quel est le
plus gros défaut de Flavien ? Flavien, quel est le plus gros défaut
de Sébastien ?
S.B. : « Il a du mal à admettre qu’il a tort.
Tu auras beau lui prouver par A+B, il ne voudra rien écouter. »
F.B. : « Sa fierté. Et aussi, le fait qu’il soit un peu sadique
sur les bords (rires). Le pire, c’est qu’il l’admet. »

Sa principale qualité
?
S.B. : « On peut toujours compter sur lui. »
F.B. : « Son franc parler, il dit toujours ce qu’il pense. »

Son plus gros défaut dans
le jeu ?
S.B. : « Il y a sa technique. D’ailleurs, il avait
voulu intégrer le centre de préformation de Clairefontaine mais
après quelques tests, on ne l’avait pas gardé. Pas assez
technique. Mais bon, il ne baisse pas les bras, il continue de tenter et quand
il passe un crochet, on dirait qu’il a gagné la Coupe de Monde.
Comme il peut encore progresser là-dessus, ce n’est pas le plus
grave. Alors, plus sérieusement, je dirais que c’est son excès
d’agressivité qui pourrait lui jouer des tours. Il gagnerait à
être plus propre dans ses interventions sans perdre en efficacité.
»
F.B. : « Il manque de vivacité. Mais c’est dû à
son gabarit. Tous les défenseurs de grande taille éprouvent des
difficultés lorsqu’ils doivent défendre sur des attaquants
comme Wilmer par exemple. »

Sa principale qualité
dans le jeu ?
S.B. : « C’est peut-être étrange, mais
c’est aussi son engagement. Lorsqu’il est sur le terrain, on sait
qu’il va aller récupérer des ballons dans les pieds adverses,
qu’il va aller au charbon. »
F.B. : « J’hésite entre son intelligence et ses capacités
physiques, qui sont largement au-dessus de la moyenne. »

Le pire souvenir de match que
tu as de lui ?
S.B. : (il éclate de rire) « Monaco ! Son premier
match en Ligue 1. Bon, déjà, il se cachait pour ne pas avoir le
ballon. Et dès qu’on lui donnait, cela lui brûlait les pieds.
Ensuite, il a fait deux fautes qui ont donné lieu à deux coups
francs sur lesquels Monaco avait marqué. Non, vraiment, chapeau ! »
F.B. : « Ah ça il y en a (rires) ! Comme je pense qu’il a
dû parler de mon match à Monaco, je m’autorise à choisir
le sien à Nice… »

Le meilleur ?
S.B. : « En Euroligue, face à une équipe allemande. Il était
complètement fou, il leur rentrait dedans et il les a littéralement
mangés. L’arbitre est allé voir Francis pour qu’il
le sorte, car il n’arrivait plus à le tenir. C’était
un vrai robot, il était intenable. Sur cette partie, il m’a fait
rêver. »
F.B. : « La saison passée : il prend le ballon au milieu de terrain
et commence à accélérer. Il fait un passement de jambes
et déborde dans la foulée. C’était beau. »

Passement de jambes de BassongLequel d’entre vous est
le plus dur sur l’homme ?

S.B. : « C’est lui. Je suis plus délicat. J’essaie
de m’en sortir finement sans faire de faute. Lui, il va au carton et il
emporte tout. »
F.B. : « Nous le sommes autant l’un que l’autre. Mais de par
ma position sur le terrain, je peux me livrer davantage. Je suis plus loin du
but, donc je peux y aller. Lui, par contre, il faut qu’il fasse attention
pour ne pas donner de coup franc à l’adversaire. »

Lequel d’entre vous est
le plus chambreur ?
S.B. : « C’est moi, mais il est à bonne école.
Je lui en mets plein la ‘tronche’ tous les jours. Comme ça,
cela lui permet d’apprendre et il progresse bien. Quand je le chambre,
il dit que je suis mauvais mais ce n’est pas le cas, je suis gentil comme
tout. »
F.B. : « C’est lui et de loin. Moi, je chambre gentiment. ‘Seb’,
on dirait qu’il prend plaisir à mettre les gens mal à l’aise.
Lorsqu’il le fait avec moi, il n’y a pas de problème, je
le connais. Mais pour ceux qui ne sont pas habitués… »

Lequel d’entre vous a le
meilleur look ?

S.B. : « Sûr que c’est moi ! Bien sûr, Flavien va dire
que c’est lui mais demandez aux autres joueurs, ils vous diront. Je ne
lui en veux pas, il y met de la bonne volonté, mais parfois il tente
des combinaisons improbables et le résultat est bizarre. »
F.B. : « Il a beaucoup de retard sur moi. Je n’ai rien à
lui reprocher en particulier mais je suis tout simplement au-dessus. En plus,
ces derniers temps, j’ai l’impression qu’il a changé
de bord. Avant, il était plutôt stylé ‘américain’.
Maintenant, il porte de plus en plus de fringues serrées, proches du
corps… »

A-t-il un surnom ?
S.B. : « Je l’appelle ‘babines’. Tu as vu les lèvres
énormes qu’il a ? Ou sinon, c’est ‘Bels’. Comme
dans le groupe, tout le monde m’appelait ‘Bass’, il a voulu
faire pareil. Je suis son idole, mais c’est normal. Je le comprends très
bien et ça ne me vexe pas. »
F.B. : « Il n’y a que ‘Bass’. Mais on pourrait lui en
trouver un autre. Tiens, je trouve qu’il ressemble pas mal à Bertrand
de la ‘Star-Ac’, avec son œil à moitié fermé.
»

Qui est le meilleur des deux
à ‘Pro Evolution Soccer’ (ndlr : le jeu vidéo de football
à la mode actuellement) ?
S.B. : « Je vais être honnête. Avant, on se
valait. Mais depuis que nous sommes passés sur ‘PES 2008’
(la dernière version du jeu), il ne m’a pas battu une seule fois.
Je prends le Bayern à chaque fois désormais et Luca Toni lui fait
du mal. »
F.B. : « Alors là, c’est une question qui ne se pose même
pas tellement la réponse est évidente. Il est vraiment mauvais.
Mais bon, on ne peut pas assurer partout. Même sur ‘PES 2008’,
il est super nul. Il s’obstine à prendre le Bayern alors que cela
se termine à chaque fois par une défaite pour lui. En plus, c’est
lui qui vient me demander de jouer alors qu’il ne se prend que des raclées.
»

La question que tu aimerais lui
poser ?

S.B. : « Flavien, est-ce que tu n’aurais pas mieux fait de m’écouter
? »
F.B. : « Sébastien, d’où te viens ton sadisme ? »

A ton avis, lequel de vous deux
a le plus menti au cours de ce questionnaire ?

S.B. : « Lui, c’est un vrai mythomane ! Je peux déjà
te l’annoncer. Il a menti, au minimum, sur les questions concernant le
look et PES. Puis sur deux ou trois autres. »
F.B. : « Moi, sans doute, mais je ne dirai pas à quel moment. Mais
c’est aussi un bon baratineur. Il raconte pas mal de mensonges. Tiens,
c’est un truc que tu peux mettre dans les points communs, aussi…
»

A lire également

30juil2021

Web TV

30/07/2021 Amine Bassi : "Je me suis bien adapté au groupe !" Toutes les vidéos  
Lire la suite

29juil2021

Actualités

À quelques jours de la reprise du championnat de Ligue 1 Uber Eats, les nouvelles tenues des Grenats ont été dévoilées ce jeudi au Stade Saint-...
Lire la suite

Album photos

Crédit photo : Let's Go Metz
Lire la suite