Réouverture de la Boutique Officielle !

Les zones de vérité

Metz se déplace à Monaco à l’issue de la trêve imposée par les matches internationaux. Privé de Méniri et Béria, Joël Muller a deux semaines pour construire une défense et la rendre la plus efficace possible.
Partager cet article :
La police a toqué aux portes du FC Metz ce matin.
Trois inspecteurs étaient de passage au siège du club lorrain,
qui fait partie des huit clubs perquisitionnés sur commission rogatoire
de la police judiciaire de Marseille. L’objet de la visite portait sur
le transfert de Louis Saha à Fulham et de versements soupçonnés
à une tierce personne à cette occasion. Le président Carlo
Molinari, tranquille, s’est plié à ses obligations : «
Ce transfert s’est effectué sans passer par aucun intermédiaire,
de club à club. »
Rien à signaler, donc. Heureusement.
Le Club à la Croix de Lorraine a déjà bien assez de soucis
dans le domaine sportif.

Il suffit de passer de l’autre côté du canal pour s’en
rendre compte. A l’issue de l’unique entraînement du jour,
auquel n’ont pas participé Hervé Tum et Grégory Paisley,
Joël Muller a dressé un état des lieux de ce début
de semaine. Le Camerounais règle des problèmes personnels tandis
que l’ancien Sochalien est resté aux soins. Victime d’un
coup la veille, on a d’abord craint une fracture pour ce qui n’est
finalement qu’un gros hématome. Une grave blessure aurait représenté
une sacré tuile. Pour sa prochaine rencontre de championnat, Metz sait
déjà qu’il devra faire sans Méniri ni Béria,
tous deux suspendus. Quant à son international hongrois Szabolcs Huszti,
nul ne sait dans quel état il reviendra de sélection. Du coup,
l’entraîneur des Grenats est contraint de construire une nouvelle
défense. Deux semaines d’entraînement ne seront pas de trop
d’autant que les maux dont souffre son équipe sont profonds.

Trois jours plus tard, il n’en revient toujours pas de la façon
dont ses hommes ont encaissé le but fatal contre Bordeaux. «
C’est un exemple de naïveté et d’absence de conscience
de ce qu’est le haut niveau. »
Sévère ou
lucide ? Les deux, peut-être. Joël Muller a en tous cas identifié
les zones où son équipe perd ses matches. Dans le jeu, ils n’ont
jamais été outrageusement dominés si ce n’est face
au Mans lors de la deuxième journée. Contre Auxerre, Nancy, Marseille
ou Bordeaux, ils ne semblaient pas inférieurs. Mais dans les surfaces
de réparation, la sienne comme celle de son adversaire, les Grenats sont
loin du compte. Mal positionnés ou inattentifs ? Les deux, sans aucun
doute. « Dans ces deux espaces essentiels, nous ne sommes pas
là où nous devrions être,
estime Muller.
C’est pourquoi nous allons travailler les relations entre les défenseurs.
Chacun doit avoir un comportement en rapport avec le ballon, ses partenaires
et l’adversaire. Si le joueur néglige l’un de ces trois éléments
dans sa réflexion, il est battu. »
Travailler, chercher
à rectifier ses failles, encore et toujours. Saupoudrons cela d’une
pincée d’espoir. Ces quinze jours devraient permettre de requinquer
définitivement Hervé Tum et Dino Djiba. Quant à Carl Medjani,
il pourrait reprendre l’entraînement avec le groupe la semaine prochaine.
D’ici là, Metz a une rencontre amicale au programme, contre Aarau,
vendredi 19 heures à Colmar. Histoire de mettre en application les directives
de Joël Muller.

A lire également

04juil2022

Actualités

À l’occasion de ses 90 années d’existence, le FC Metz vous donne la possibilité d’élire votre équipe type des légendes messines ! Des spectaculaires...
Lire la suite

02juil2022

Actualités

À l’occasion de ses 90 années d’existence, le FC Metz vous donne la possibilité d’élire votre équipe type des légendes messines ! Des spectaculaires...
Lire la suite

01juil2022

Boutique

Les soldes d'été, c'est aussi à la Boutique Officielle du FC Metz ! Une large sélection de produits à l'effigie des Grenats est toujours disponible à...
Lire la suite