Réouverture de la Boutique Officielle !

Du neuf avec du vieux

A cours de munition, Jean Fernandez a composé une équipe inédite pour affronter Toulouse. Mais pour l’entraîneur messin, le choix des hommes n’a qu’une influence limitée. Le salut viendra de l’état d’esprit affiché.
Partager cet article :
Au lendemain de la douloureuse déconvenue corse, il
paraissait entendu que cette équipe messine avait besoin d’être
modifiée. Et les arrivées de Béria et Pimenov semblaient
être les changements les plus probables. Le premier a été
rattrapé par sa blessure, le second peu enthousiasmant face à
Reims. Au final, le coach lorrain a préféré s’en
passer et Benjamin Nicaise représente la seule originalité du
onze de départ.

Dès lors que, contrairement à la saison précédente,
l’effectif ne compte pas assez d’éléments pour effectuer
un relooking partiel du onze majeur, il faut bien chercher des solutions parmi
les joueurs en place. A ce titre, Fernandez a décidé de reconstituer
le duo d’attaque Tum - Gueye et de replacer Richard Socrier sur le flanc
droit du milieu de terrain, le tout formant un 4-4-2. « Quelque
soit l’organisation et les joueurs choisis, l’important est d’afficher
un état d’esprit conquérant. Nous avons trois matches à
aborder, dont deux à domicile, qui peuvent nous donner une grosse bouffée
d’oxygène. »
Après Toulouse, Metz se déplacera
à Caen avant de recevoir Istres, soit deux confrontations directes avec
des concurrents au maintien.

L’efficacité, passeport
pour le maintien


Pour le moment, c’est vers ce match contre Toulouse que les esprits sont
tournés. Sixièmes de Ligue 1, les hommes de Mombaerts réalisent
une saison conforme à leurs ambitions. Même s’il ne fait
pas énormément parler de lui, le TFC est un candidat sérieux
à l’Europe. De plus, il fait partie de ceux qui ne réussissent
guère au Club à la Croix de Lorraine. Sous l’ère
Fernandez, Metz n’a jamais battu Toulouse. D’ailleurs, même
lors de la saison qui avait vu les Violets descendre dans des conditions tumultueuses,
les Grenats n’avaient pas réussi à remporter une victoire
lors des deux affrontements… Cependant, c’est tout de même
une équipe diminuée qui vient demain en Lorraine. Outre les absences
de deux cadres de l’équipe, Dalmat et Moreira, Mombaerts doit également
composer sans Aubey et Congré, deux éléments de sa défense-type.
Ce ne sont pas les Messins, qui collectionnent les blessures depuis le début
de la saison, qui les plaindront.

Les coéquipiers de Borbiconi, eux, sont suffisamment préoccupés
par leurs soucis d'efficacité. Cette fois, quatre joueurs à vocation offensive
seront sur la pelouse. « Aligner autant d’attaquants est
un risque,
ajoute Fernandez. Il nous faut concrétiser
nos occasions. Une victoire nous apporterait de la confiance. Certains joueurs
auront envie de me prouver leur valeur. Ceux-là ont tout à gagner
de cette rencontre. »
Et l’entraîneur messin d'affirmer que la déception de Bastia est passée pour
finir de nous convaincre que les trois points sont à la portée
des siens : «
Pendant une semaine, ça a trotté dans nos têtes. Depuis
lundi, j’ai senti que la concentration, l’agressivité et
l’envie étaient de retour aux entraînements. Chacun a la
volonté de bien terminer la saison. »
On ne demandera
même pas aux Messins de l’achever aussi bien qu’ils ne l’ont
commencé…

Metz – Toulouse, 31ème
journée


Samedi 2 avril 2005 à 20h, Stade Saint-Symphorien

Arbitre : Monsieur Lannoy

Les équipes :

Metz : Wimbée – Signorino, Méniri,
Borbiconi, Caillet – Avezac, Proment, Nicaise, Socrier – Tum, Gueye

Toulouse : Revault – Clément, Arribagé,
Aubey, Ebondo – Giresse, Taider, Sirieix, Emana – Psaume, Eduardo

A lire également

27juil2021

Album photos

La séance du jour en images ! Voir le diaporama  
Lire la suite

Billetterie

Ce samedi 31 juillet à 18h00, le FC Metz accueillera le Montpellier HSC au Stade Saint-Symphorien. Il s’agira du dernier match de préparation des...
Lire la suite

Web TV

27/07/2021 Sofiane Alakouch : "Le projet le plus intéressant !" Toutes les vidéos  
Lire la suite