Réouverture de la Boutique Officielle !

A mauvaise fortune...

Alors que la Ligue 1 entame son dernier tiers, la saison de Franck Béria n'a pas encore commencé. Mais le latéral droit des Grenats entrevoit enfin le bout du tunnel. Il devrait reprendre l'entraînement au sein du groupe la semaine prochaine.
Partager cet article :
On l'aurait presque oublié, à force d'être
obligé de composer sans lui. La durée de son indisponibilité
égale au final celle de Samuel Allegro, premier homme touché par
la malédiction qui s'abat sur les défenseurs du Club à
la Croix de Lorraine. Côte fracturée pour Borbiconi, cheville capricieuse
pour Méniri sans parler de Bruno Pompière... Seuls Franck Signorino
et Jean-Philippe Caillet ont été plus ou moins épargnés
jusqu'à maintenant. Souhaitons qu'ils le restent !

Franck Béria, de son côté, n'a pas encore foulé une
pelouse de l'élite cette saison alors qu'il avait terminé la précédente
en trombe, sélection en Equipe de France à l'appui. La faute
à une blessure récurante contractée lors des premiers jours
de préparation à Weiskirchen. Une douleur qu'il pensait être
une simple courbature, un phénomène fréquent en période
de reprise. « Avec Seb (Renouard), nous avions une semaine
de vacances en plus
, explique t-il. Nous avions donc un retard
vis-à-vis du reste du groupe en arrivant à Weiskirchen. Pour le
combler, nous avons débuté un travail physique. Après quelques
jours, je ressentais des douleurs mais je pensais que c'était normal
compte tenu des efforts effectués. Je ne m'en suis pas plaint et j'ai
continué. »

« En un mois, je suis
passé deux fois sur le billard ! »


Seulement voilà, la douleur est vite devenue insuportable. Sébastien
Renouard étant victime du même problème, les deux espoirs
ont stoppé leur préparation. Pour Franck Béria, c'est le
début d'un parcours du combattant interminable, comme si on lui rajoutait
des obstacles au moment de franchir la ligne d'arrivée ! L'écouter
raconter sa traversée du désert donne vite le tournis. Examens,
infiltrations, IRM, arthroscopie, reprise... la douleur est toujours là.
Opération, rééducation, reprise... la douleur est toujours
là. Ré-opération, ré-éducation, reprise...
Finalement, ce satané genou finit par se taire. Franck Béria retrouve
Jeremy Moureaux. Et la douleur revient... de l'autre côté.

« C'était exactement la même chose,
se souvient-il. Nous avons recommencé un cycle d'examens pour
en arriver à la même conclusion qu'il s'agissait d'une inflamation. »

Mais cette fois, pas d'opération. Le joueur a entrepris un programme
lui permettant de retrouver une musculation qui soulage son genou en espérant
que cela suffise à calmer le mal. « Depuis un mois,
je travaille avec la douleur. Mais je sens qu'elle s'estompe petit à
petit. Au début, j'avais mal au bout d'une quinzaine de minutes. Maintenant,
je fais des entraînements d'une heure et demie et je ne ressens la douleur
que lors des exercices fonciers. »


Pour le moment, Franck participe à des séances mixtes, entre courses
et jeu au pied. Il est prévu qu'il soit incorporé au groupe la
semaine prochaine. « Je vais y aller doucement,
tempère t-il. il ne faut pas faire n'importe quoi. Même
si, bien sûr, j'ai énormément envie de retrouver le terrain. »


Si cette histoire s'arrête enfin prochaînement, comme cela semble
être le cas, Franck Béria aura été indisponible sept
mois. Sept mois durant lesquels il dût regarder ses coéquipiers
depuis la tribune, vivre les rencontres en tant que spectateur, entendre les
critiques émanant du public. « Disons que les commentaires
sont très diversifiés. Dans le lot, certains sont exagérés.
Mais vivre le match des tribunes a des effets contraires. Au début, j'ai
pas mal gambergé. Ensuite, cela m'a plutôt encouragé à
travailler pour revenir et être à nouveau sur le terrain. »


Et la leçon pour finir ? « Cela forge le caractère
et pousse à relativiser les choses. En rééducation, on
croise des gens qui sortent d'un accident de voiture ou ont des blessures bien
plus graves. Ensuite, cela permet d'apprendre à être patient et
à l'écoute de son corps. Désormais, à la moindre
douleur, même bénigne, j'irai voir le staff médical. »

C'est aussi ça, l'apprentissage du métier. Même si, pour
Franck Béria, la punition a été sévère.

A lire également

27oct2021

Partenariat

La centrale EDF de Cattenom développe ses liens avec le FC Metz ! Les deux entités, représentées par Bernard Serin (Président du FC Metz) et Jérôme...
Lire la suite

Boutique

En marge de la réception de l’AS Saint-Étienne ce samedi à 17h00, découvrez la promotion spéciale Halloween à la Boutique Officielle ! Jusqu’à...
Lire la suite

20oct2021

Actualités

À l’approche des vacances de la Toussaint, découvrez le tout premier cahier de vacances Grayou ! La mascotte officielle du FC Metz propose aux élèves...
Lire la suite