Réservez votre pack 5 matches !

Difficile apprentissage

Après avoir manqué un penalty et proposé un jeu intéressant, les Messins se sont fait piéger en toute fin de première période sur un coup-franc montpelliérain avant de plier dans les dernières minutes du match (2-0). L’apprentissage de la Ligue 1 continue, mais il est difficile.
Partager cet article :
Pour leur premier match de Ligue 1 à Lille, les Grenats avaient récupéré un point sans vraiment propose de jeu. Pour leur second déplacement de la saison, ce samedi soir à Montpellier, et comme l’attendait leur coach, les joueurs messins ont su « proposer plus ». Dans le jeu, dans la qualité de l’adversité affichée au Stade de la Mosson, voilà qui est certain : il y a du mieux. Pourtant, au moment de faire les comptes après cette troisième journée passée dans l’élite, le FC Metz reste bloqué à deux points. 
 
Et pour cause. Dans l’Hérault, s’ils ont su se montrer plus entreprenants qu’au cours des deux premières rencontres de la saison, les Messins ont plié sur l’une des rares armes détenues par leur opposant du soir, le coup de pied arrêté, avant de céder une seconde fois dans les dernières secondes de la partie, alors qu’ils jetaient toutes leurs forces dans la bataille de l’égalisation. Un peu frustrant au moment de quitter l’antre du Montpellier HSC : repartir en Lorraine sans aucun point après avoir démontré des progrès indéniables. La Ligue 1 peut s’avérer cruelle : les joueurs d’Albert Cartier le savaient certainement, ils en ont eu la preuve ce week-end. 
 
Aucun point, peut-être, mais de l’expérience en plus dans la valoche. En ces premiers matches de Ligue 1, il faut savoir apprécier tout ce qu’on peut. Les ouailles du technicien vosgien sont en cours d’apprentissage, et ils semblent apprendre plutôt vite. Même si c’est rageant, même si c’est désarmant, il faut espérer que la mésaventure vécue en Languedoc-Roussillon les ait fait mûrir encore un peu plus.
 
Que s’est-il donc passé ? Une première demi-heure assez folle, au cours de laquelle les joueurs messins prenaient le match par le très bon bout. Six occasions franches en moins de trente minutes à l’extérieur : pas sûrs que les bookmakers aient prévu que les Lorrains débutent aussi bien une partie qu’ils auraient pu aborder avec plus de timidité. Mieux ou pire, c’est selon, Yeni Ngbakoto offrait une chance unique aux siens de mener pour la première fois au score dans ce championnat de Ligue 1. Bousculé dans la surface, le milieu de terrain provoquait un penalty indiscutable. Las, Kévin Lejeune le frappait sur le poteau (28°). Un deuxième coup dur, qui survenait quelques minutes après la sortie sur blessure du capitaine de la maison grenat : touché dans un duel, Sylvain Marchal devait laisser sa place à Guido Milan (27°).
 
Auparavant, Bouna Sarr avait vu sa frappe manquer le cadre (4°), Juan Falcon s’était emmêlé les pinceaux au moment de conclure alors qu’il se retrouvait en position idéale dans la surface (5°), la reprise de Ngbakoto sur un centre de Romain Métanire était un poil trop croisée (14°) et la tête de Falcon sur un même centre du même Métanire connaissait même destin (16°). Cette velléité offensive et cette prise de risques n’ont peut-être pas payé ce soir, mais elles ont démontré un changement d’attitude dans la manière qu’ont les jeunes pousses grenat d’aborder les matches de Ligue 1. C’est un progrès qui ne se boude pas.
 
En face, les Montpelliérains mirent du temps à devenir fringants. Durant tout le premier acte, ils ouvrèrent quasi exclusivement sur coups de pied arrêté. Cela leur sourit donc. Après deux tentatives avortées, Siaka Tiene convertissait la troisième, il faut dire idéalement placé plein axe à l’entrée de la surface de réparation. Johann Carrasso avait beau toucher le ballon du bout du gant, ce dernier prolongeait sa course au fond de ses filets (1-0, 45°).
 
C’est essentiellement en seconde période que les débats se déséquilibrèrent en faveur des hôtes de La Mosson. Sans renoncer jamais, la preuve en est de cette fin de match complètement décousue qui aboutit au second but local, les Messins se firent moins tranchants et moins précis, usant davantage de longs ballons vers l’avant qui ne permirent pas à leurs deux attaquants de pointe alignés (Ngbakoto – Falcon puis Gueye – Falcon) de s’illustrer ni de faire valoir pleinement leurs qualités. 
 
Quelques percées sur les côtés, néanmoins, auraient pu influencer davantage le cours du match alors que les Montpelliérains ne menaient encore que d’un but. A droite, Bouna Sarr trouvait la tête de Lejeune, trop enlevée (51°), Métanire était à deux doigts de se transformer en passeur décisif pour Sido, dont le tir fut détourné à bout portant par Jourdren (71°). Surtout, Morgan Sanson ruinait les derniers espoirs messins en stoppant on ne sait trop comment, sur sa ligne de but, une frappe de Juan Falcon qui venait de prolonger un corner de Yeni Ngbakoto (78°). Quelques minutes plus tard, sur l’une de leurs énièmes offensives, les joueurs de Rolland Courbis plantaient la deuxième lame : reprenant de la tête au point de penalty un centre venu de la droite, Souleymane Camara scellait définitivement le sort du match (2-0, 89°).
 
Ah, il est sûr que les Messins sont passés beaucoup moins loin d’un troisième match nul que le score final ne le laisserait à penser. Ah, il est sûr qu’ils ont dû ressentir une certaine déception à l’heure de boucler leurs sacs de sport, direction la Lorraine. Mais ce qui est sûr également, c’est qu’ils ont aussi fait un pas important, ce samedi soir, vers leur apprentissage, progressif mais certain, de la Ligue 1. 
 

A lire également

24aoû2019

Le Match

Une semaine après l'excellente performance à domicile face à l'AS Monaco (3-0), le FC Metz était en déplacement sur la pelouse du SCO d'Angers, pour...
Lire la suite

Web TV

24/08/2019 Victorien Angban : "Entretenir la dynamique" Toutes les vidéos  
Lire la suite

Web TV

24/08/2019 Angers - Metz, la conférence d'avant-match Toutes les vidéos  
Lire la suite