6e forum de l'emploi !

C’est raté !

Les Grenats avaient l’occasion de se remettre sur le bon chemin, ce dimanche après-midi. Las, ils se sont inclinés une nouvelle fois, laissant l’En Avant De Guingamp repartir de Lorraine avec la victoire (0-2). Le maintien sera difficile à acquérir.
Partager cet article :

Ils auront eu beau se démener, notamment en début de match et durant la seconde période, les Messins n’y sont pas parvenus. Pas parvenus à négocier comme il le fallait ce qui aurait pu être un tournant de leur saison, un déclic bienvenu pour les remettre dans le sens de la marche et surtout, sur les bons rails. Ce dimanche après-midi, ils s’inclinent donc une nouvelle fois sur leur pelouse, face à une équipe de l’En Avant De Guingamp qui aura eu la malice de faire le boulot en un quart d’heure durant le premier acte.

Et pour cause. Après avoir sonné une première alerte sur un face-à-face perdu contre le portier messin (21°), Christophe Mandanne avait ouvert le score contre ce qui était alors le cours du jeu. D’une tête plongeante, il convertissait parfaitement un centre venu de la droite, exécuté par Jeremy Pied (0-1, 27°). A peine quinze minutes et deux frappes non cadrées plus tard (33°, 34°), les Bretons enfonçaient le clou : sur un ballon mal dégagé par la défense messine, l’ancien Messin se muait en buteur d’une frappe à l’entrée de la surface (0-2, 40°).

Dommage. Car les Grenats avaient pourtant pris la partie par le bon bout. Durant le premier quart d’heure, ils exercèrent un pressing constant et se portèrent vers l’avant en bloc. Ils étaient même à un cheveu d’ouvrir le score sur un coup-franc de Kévin Lejeune, dévié par Falcon pour le torse de Palomino : las, le ballon manquait le cadre (5°). Tout comme sur les tentatives de N’Daw (24°), de Maïga (30°) et de Doukouré (44°).

En seconde période, les Messins repartaient au front. Albert Cartier tenta même le tout pour le tout à l’heure de jeu, en lançant Kwamé N’Sor dans la bataille en lieu et place de Sylvain Marchal (59°), passant à une défense à trois éléments qui tint le choc jusqu’au bout. Oui mais voilà, les offensives lorraines eurent beau se démultiplier, il était patent que le ballon avait choisi de ne pas rentrer dans les buts adverses. De mauvais choix (53°, 82°) en maladresses (65°, 68°, 85°), de tergiversations en précipitations, les joueurs du président Bernard Serin ne parvinrent pas à retrouver la route menant aux filets adverses.

Et ce match qui était si important, que les Grenats avaient tant préparé, ils l’ont donc manqué. Au regard des résultats des autres équipes en lutte pour le maintien, cette contre-performance est malvenue car elle réduit un tant soit peu les espoirs de maintien du FC Metz. Il reste encore treize matches avant que le rideau du championnat ne se referme. Pour que la Croix de Lorraine continue d’être arborée sur les pelouses de Ligue 1 la saison prochaine, il faut au plus vite retrouver la recette de la victoire. Aujourd’hui, c’est devenu urgent.

 

A lire également

25jan2020

Le Match

Et si c'était le moment idéal pour confirmer et démarrer une série ? Quinze jours après le premier succès de l'année, à domicile, face au RC...
Lire la suite

24jan2020

Web TV

24/01/2020 Fabien Centonze : "J'aimerais être plus décisif" Toutes les vidéos
Lire la suite