Réservez votre place pour Metz - Marseille !

« Concentrés à 100% »

Passée la déception du match nul face à Niort, les Grenats ont les yeux rivés sur leur déplacement à Caen. Revenu en forme depuis le mois de janvier 2013, après une série de pépins physiques, Thibaut Bourgeois aborde cette nouvelle échéance avec sérénité.
Partager cet article :

Thibaut, l’équipe messine a-t-elle digéré le match nul face à Niort ?

Thibaut Bourgeois : « Nous avons regardé les images  du match et nous en avons beaucoup reparlé  samedi matin lors du décrassage. Du coup, nous sommes rapidement passés à autre chose malgré la frustration.  Nous avons perdu deux points car nous menions au score et Niort égalise à l’aide d’une erreur d’arbitrage. Toutefois, si nous avions marqué un deuxième but cela n’aurais pas vraiment eu d’incidence sur l’issue du match. A l’avenir, nous devrons nous attacher à nous mettre à l’abri rapidement pour ne pas être punis dans les dernières minutes. Maintenant, nous allons de l’avant,  et depuis lundi matin, nous sommes concentrés à 100% sur notre déplacement à Caen. »

Alors que vous évoluez habituellement en attaque, vous êtes titularisé depuis deux matches sur le côté droit. Quel poste préférez-vous ?

T. B. : « A choisir, je préfère jouer juste un cran en-dessous de Diafra Sakho, en neuf et demi, car je pense que c’est ce qui me correspond le mieux. Mais cela ne me pose pas de problème d’être titularisé sur un côté, que ce soit le droit ou le gauche d’ailleurs. Dans les équipes de jeunes ou avec l’équipe réserve j’ai souvent été amené à évoluer à ce poste. L’important pour moi est tout simplement d’être sur le terrain. »

Le FC Metz se déplace à Caen lundi prochain. Quels souvenirs gardez-vous de cette équipe que le club grenat à affronté il y a trois semaines en Coupe de la Ligue ?

T. B. : « Nous avons pu remarquer que c’était une formation très efficace puisque nous avons encaissé un but dès les premières minutes du match. Cela nous a mis en difficulté pour les quatre-vingt cinq minutes restantes. Caen est une équipe qui va très vite vers l’avant et qui joue bien en une ou deux touches de balle. »

La dernière fois que le FC Metz s’est déplacé à Caen en Ligue 2, les Grenats se sont imposés grâce à un but de Romain Rocchi et un deuxième de vous.  Quels souvenirs gardez-vous de ce match ?

T. B. : « C’était une rencontre particulière car, en cas de victoire, Caen avait la possibilité de fêter le titre de Champion de Ligue 2 devant son public, mais nous nous devions impérativement gagner pour continuer à faire partie des prétendants à la montée en Ligue 1. Je garde un très bon souvenir de cette rencontre même si l’issue de la saison ne nous a finalement pas été favorable la semaine suivante. »

Aujourd’hui, c’est Mathieu Duhamel, ancien messin, qui occupe la pointe de l’attaque caennaise. Comment décririez-vous ce joueur ?

T. B. : « Je n’ai pas eu l’occasion de beaucoup le connaître mais je sais que c’est un attaquant de caractère. C’est un vrai battant qui frappe beaucoup au but. Certains lui reprochent de ne pas être assez collectif, nous verrons cela lundi prochain ! »

Ce sera l’occasion également pour vous de retrouver Laurent Agouazi…

T. B. : « Oui, et c’est un très bon joueur ! C’est un numéro six qui court beaucoup sur le terrain et qui a la capacité d’aller vite vers l’avant, à l’image de sa formation. Dans la vie, c’est un bon gars, toujours joyeux qui met une bonne ambiance dans le vestiaire grâce à sa joie de vivre permanente. »

Quels sont les ingrédients pour parvenir à décrocher une victoire au Stade Michel D’Ornano ?

T. B. : « Nous allons devoir presser les Caennais dès le coup d’envoi du match. Si nous leur laissons le ballon, alors nous aurons des difficultés pour le  récupérer  et les mettre en difficultés. Le plus important sera de ne pas les laisser jouer. »

En janvier 2013, le public messin vous a redécouvert après une série de pépins physiques et un prêt à Martigues. Est-ce une revanche pour vous ?

T. B. : « On peut effectivement appeler ça une revanche car je n’ai pas franchement été épargné par les blessures. Lors de la saison 2010-2011 j’ai été blessé au pied, je suis parti à Martigues la saison suivante où je me suis fait les croisés après cinq matches seulement, et lorsque je reviens en Lorraine pour la saison 2012-2013, je me claque dès le début de la saison. Et puis, moralement, cela a été difficile pour moi de ne pas avoir la confiance de Dominique Bijotat à l’époque. Mais finalement, toutes ces épreuves m’ont rendu plus fort, m’ont fait grandir et m’ont endurcit. Et puis, lorsque l’on vit une succession de mésaventures, l’envie de jouer est encore plus forte ! »

Que vous a apporté ce prêt à Martigues ?

T. B. : « Cela a été salvateur pour moi. Je suis arrivé dans un club où tout le monde avait confiance en moi et où l’entraîneur m’a immédiatement considéré comme un pilier de l’équipe. Cette expérience m’a donné confiance en moi et m’a permis de grandir. C’est  une bonne chose de pouvoir partir un an ou six mois si l’on manque de temps de jeu  plutôt que de ronger son frein avec la réserve ou sur le banc. Si l’on parvient à s’imposer là où l’on est prêté et que l’on revient dans son club d’origine avec des statistiques intéressantes, alors on peut revoir ses ambitions à la hausse une fois de retour. »

Entre-temps, vous avez perdu beaucoup de poids. Est-ce que cela a joué un rôle dans votre éclosion ?

T. B. : « C’est vrai que j’avais pris quelques kilos après ma rupture des ligaments croisés. En faisant attention à mon alimentation dès le début de la saison dernière, j’ai rapidement trouvé mon poids de forme et depuis cela se passe mieux sur le terrain, alors peut-être que c’est une des raisons qui explique aussi mon retour en forme. »

Votre superbe but face au Paris FC fait partie des dix plus belles réalisations du Championnat National. Est-ce une fierté particulière ?

T. B. : « Je suis flatté d’apparaître dans ce classement. Je garde un souvenir singulier de ce but car il a été important pour notre saison. En remportant les trois points sur la pelouse du Paris FC, nous savions que nous faisions un pas de géant vers la remontée en Ligue 2. Je ne suis pas prêt de l’oublier ! »

Durant le mercato estival, les médias ont beaucoup parlé de jeunes messins issus du centre qui ont décidé de poursuivre leur formation dans de grandes écuries européennes. A l’inverse, vous avez choisi vous de réaliser tout votre cycle de formation à Metz. Quels conseils donneriez-vous aux jeunes footballeurs ?

T. B. : «  En ce qui me concerne, je pense qu’il est préférable de faire ses gammes dans son club formateur. Partir à l’étranger, c’est très incertain car on a pas la garantie que le staff va nous faire confiance, on découvre un nouveau championnat dans lequel on ne s’adapte pas toujours. Et puis, même si on doit s’y préparer en se lançant dans une carrière de footballeur professionnel, l’éloignement familial peut-être dur à gérer quand on est jeune. »

Vous avez évolué avec Miralem Pjanic au Centre de Formation messin. Lui a rapidement explosé, alors que de votre côté vous avez dû attendre un peu plus longtemps avant d’avoir votre chance. Comment vis-t-on cette période ?

T. B. : «  Sur le moment c’est un peu difficile car lorsque l’on est jeune on manque de recul. Avec Miralem, nous avons réalisé de nombreuses saisons ensemble dans les catégories jeunes, nous nous entendions très bien sur le terrain mais tout s’est accéléré plus rapidement pour lui. Passé la déception de devoir attendre mon tour, cela m’a donné beaucoup de motivation pour travailler davantage. En tout cas, je suis très content de ce qui lui arrive aujourd’hui. »

Pour finir, le derby approche à grands pas. Vous êtes né à Metz et vous portez les couleurs du club grenat depuis votre plus jeune âge, alors on imagine que vous devez être impatient ?

T. B. : «  Ce sera la première fois que je vais le disputer en tant que professionnel, alors je suis évidemment très pressé. Les derbies étaient déjà très excitant dans les catégories jeunes, où l’on sentait déjà une certaine rivalité. Je pense qu’elle va plus se ressentir dans les tribunes du stade que sur la pelouse mais cela va être une belle soirée. En tout cas, nous devrons gagner ce match pour nos supporters et toutes les personnes qui nous soutiennent. »

A lire également

06déc2019

Grenat du mois

Cette saison, Habib Diallo enchaîne les buts comme les récompenses. Déjà nommé Grenat du mois d'août, l'attaquant messin vient une nouvelle fois d'...
Lire la suite

05déc2019

Actualités

Ce vendredi, les Grenats s'entraîneront dans l'après-midi. Néanmoins, à la veille du déplacement à Nice, la séance du jour se déroulera à huis clos.
Lire la suite

Actualités

Samedi 7 décembre 2019, dans le cadre de la 17ème journée de Ligue 1 Conforama à l'Allianz Riviera, le FC Metz affrontera l'OGC Nice à 20h00 dans les...
Lire la suite