Une peluche Grayou offerte à chaque nouveau-né mosellan !

« Une immense joie ! »

Élu homme du match par les supporters messins pour son joli but contre Strasbourg, Jeremy Pied répond aux questions des internautes (1ère partie).
Partager cet article :

Melon57 : Jeremy, si Metz venait à monter en fin de saison, souhaiterais-tu poursuivre l’aventure au club ?

Jeremy Pied : « En venant à Metz, mon idée était d’obtenir du temps de jeu en Ligue 2 plutôt que de passer mon temps en CFA avec Lyon. L’échange profite aux deux parties : je progresse de mon côté et cela profite à l’équipe. Si je dois me projeter à l’année prochaine, mon premier choix serait honnêtement de pouvoir m’imposer à Lyon, au sein de mon club formateur, comme y parviennent des joueurs de ma génération. Dans le cas où cela ne pourrait pas se faire, poursuivre l’aventure ici serait un grand plaisir également. Metz m’a donné une chance de m’exprimer et je m’y sens bien. Après, la décision ne m’appartient pas complètement. L’été prochain il me restera deux années de contrat avec l’Olympique Lyonnais. »

Anthony : Lorsque tu vois des jeunes comme Gonalons évoluer à Lyon en équipe première, ne regrettes-tu pas d’avoir fait le choix d’un prêt à Metz cette saison ?

J.P. : « Pas du tout car ils n’évoluent pas au même poste que moi. Le fait qu’ils jouent ne veut pas dire que j’aurais joué. De toute façon, on ne saura jamais ce qui ce serait passé si j’étais resté. A Metz, sans avoir l’assurance d’être titulaire, j’avais un peu plus de chance d’augmenter mon temps de jeu. »

Amsalem : Qu’as-tu ressenti après ton premier but dans l’antre de Saint-Symphorien ? Il s’agissait de plus du derby de l’Est…

J.P. : « J’y pensais depuis quelques temps. Jusqu’à vendredi je n’avais marqué qu’à l’extérieur. C’est forcément une immense joie de faire lever tout un stade. Et en plus, effectivement, lors d’un derby c’est encore plus beau. Ce sont des matches importants pour les supporters, la région. Je sais ce que cela représente, j’ai déjà connu cela à Lyon quand nous jouions Saint-Etienne. Ce ne sont pas des matches qui se jouent mais qui se gagnent. La frappe, je ne l’ai pas calculée. C’est le type d’action où on y va un peu à l’instinct. »

Alexandre : Tu as marqué trois buts en Ligue 2 en jouant ailier. Penses-tu que tu pourrais marquer davantage si tu évoluais à la pointe de l’attaque ?

J.P. : « J’ai déjà occupé ce poste. Mais en Ligue 2, je crois que ma taille pourrait poser problème ! S’il faut dépanner, à l’occasion, je dis oui bien sûr. Je me suis aperçu récemment que je n’avais jamais marqué autant en si peu de matches. Si on additionne les rencontres amicales, j’en suis à cinq buts. Je prends beaucoup de plaisir à aller finir les actions en tous cas ! »

Joris Delle, assis à côté de lui, intervient… « Je trouve que tu rentres beaucoup plus dans l’axe qu’en début de saison. Tu jouais exclusivement sur le côté… »

J.P. : « Oui c’est vrai. Lorsque nous jouons à une pointe et deux ailiers, nous bougeons beaucoup sur le front de l’attaque. Je me retrouve donc dans des zones qui sont celles d’un attaquant de pointe. Cela me plait beaucoup, franchement, c’est un grand bonheur pour moi de marquer ! J’espère continuer à le faire. »

A lire également

03avr2020

Web TV

03/04/2020 C'était un 3 avril... face au Mans ! Toutes les vidéos
Lire la suite

31Mar2020

Interview

À l'image de ses coéquipiers messins, l'infatigable Habib Maïga a dû mettre sa saison entre parenthèses, confinement oblige. L'international ivoirien...
Lire la suite