Une peluche Grayou offerte à chaque nouveau-né mosellan !

Metz fort comme un sanglier

Face à de solides sedanais, les Grenats sont revenus au score pour ramener un bon match nul (1-1) des Ardennes.
Partager cet article :

Yvon Pouliquen n'hésite jamais à modifier son équipe lorsque les matches se succèdent. Mais au stade Louis Dugauguez, le technicien breton avait choisi d'appliquer ce vieil adage qui veut qu'on ne change pas une équipe qui gagne. Celle qui avait battu Strasbourg une semaine plus tôt était donc reconduite pour un début de match démarré sur les chapeaux de roue.

Si l'équipe sedanaise est mal en point au classement, elle est aussi à l'aise à domicile depuis le début de la saison. Dès les premiers instants de la partie, on comprit pourquoi elle avait pris la majeure partie de ses points sur sa pelouse. Les sangliers attaquèrent tambour battant en misant sur l'engagement et une volonté d'aller faire mal aux Messins par un jeu direct. Les visiteurs, méfiants avant la rencontre, n'en furent pas surpris et on assista à un premier quart d'heure très enlevé.

Papiss Cissé ouvrit les festivités, en reprenant un bon centre de Cheikh Gueye. Sa tête décroisée jeta un froid, mais manqua de peu le but de Costil (3°). Marcus Mokaké lui répondit dans la foulée, servi de son côté par Damien Tiberi, mais il ne connut pas plus de réussite (5°). Le mano à mano entre les deux hommes se poursuivit. Papiss Cissé, du pied gauche cette fois, reprit instantanément un centre de Jeremy Pied, mais il fut contré (9°). Comme les attaquants n'y arrivaient pas, c'est Paul Baysse qui s'y colla pour ouvrir la marque. Sur corner, le défenseur local reprenait un ballon mal renvoyé de volée (1-0, 15°).

Ce but aurait pu toucher les Grenats au moral. Au contraire ceux-ci se montrèrent parfaitement lucides dans les minutes qui le suivirent. Calmement, ils prirent le contrôle du jeu et s'approchèrent petit à petit du but adverse. Cela se traduisit par une égalisation immédiate, après que Jeremy Pied ait obligé Benoit Costil à une belle parade (22°). Grâce à un petit festival de Victor Mendy dans la surface, Papiss Cissé se retrouva seul au second poteau pour marquer le but le plus facile de sa saison (1-1, 23°, photo). Metz mit alors le pied sur le ballon et les occasions se firent plus rares de part et d'autre.

L'orage passé, les hommes d'Yvon Pouliquen prirent l'ascendant sur leur adversaire. Au cours de la seconde période, ils eurent quelques occasions de marquer ce but synonyme de victoire. Deux fois, Papiss Cissé décrocha sur le côté gauche pour centrer à destination de Victor Mendy. Le premier de ses deux ballons fila devant le but (52°), le second trouvait la tête de son partenaire, mais celle-ci manqua le cadre (59°).

Seul Heinani réussit à faire trembler Metz, sur corner, mais sa tête passa au dessus (62°). La balle de match revint donc à Victor Mendy, qui vit sa frappe contrée à l'issue d'un nouveau débordement de Cheikh Gueye (70°). L'intensité baissa d'un cran en fin de match, après que les deux formations se soient livrées une jolie bataille. Dans ce contexte, les Grenats peuvent se montrer satisfaits de ramener le point du match nul. Ils portent ainsi à six matches leur série d'invincibilité.

A lire également

03avr2020

Web TV

03/04/2020 C'était un 3 avril... face au Mans ! Toutes les vidéos
Lire la suite

31Mar2020

Interview

À l'image de ses coéquipiers messins, l'infatigable Habib Maïga a dû mettre sa saison entre parenthèses, confinement oblige. L'international ivoirien...
Lire la suite