Réservez votre place pour Metz - Marseille !

Trivino : « La qualification est possible »

Auteur d’un passage éclair sur les bords de la Moselle, Richard Trivino ne gardera pas les buts de Créteil vendredi. Mais il a tout de même accepté de répondre à nos questions avant ce 7ème tour de Coupe de France.
Partager cet article :

On l’imaginait heureux d’affronter le Club à la Croix de Lorraine vendredi, on s’était trompé. Le portier de Créteil, dont l’expérience en Moselle avait tourné court, ne sera pas de la partie vendredi. La raison est simple : il a été décidé en début de saison que son suppléant Thomas Levaux jouerai en Coupe de France. L’ex-Messin s’assoira donc sur le banc, tout en espérant que sa formation réalise un nouveau cou, après avoir éliminé Nantes en Coupe de la Ligue.

Richard, comment se passe votre début de saison sous les couleurs de Créteil ?

Richard Trivino : « Collectivement, il est un peu difficile. Nous enchaînons les matches nul en championnat. Sur quatorze rencontres, nous en avons concédé onze. Lors de la 15ème journée nous l’avons heureusement emporté 1 à 0 face à Gueugnon. C’est un résultat qui nous fait du bien. »

Vous avez rejoint Créteil à l’intersaison, pouvez-vous nous expliquer les raisons de ce choix ?

R.T. : « Quand je suis parti de Créteil, à l’été 2007, afin de m’engager pour deux saisons à Metz, j’avais dit aux dirigeants qu’ils n’hésitent pas à m’appeler si un jour ils avaient besoin de moi. A la fin de la saison, j’avais l’opportunité de poursuivre ma carrière en Ligue 2, quelques clubs étaient intéressés. Mais Créteil m’a contacté dès le mois d’avril 2008, et comme je n’ai qu’une parole je suis revenu au club. »

Vous sortiez d’une saison de Ligue 2 avec Boulogne. Rejoindre le National n’a pas été trop difficile ?

R.T. : « Ce fut extrêmement dur car c’est un championnat que je ne connaissais pas du tout. J’ai évolué toute ma carrière en Ligue 2, faire le pas et se retrouver dans des stades de National, ce n’est pas évident du tout. Mais c’est un choix, on ne m’a pas forcé la main. Donc j’essaie de faire le nécessaire pour éviter de penser que je suis en National. »

Comment prépare  t-on la rencontre de vendredi du côté de Créteil ? Est-elle considérée comme un match de gala ?

R.T. : « Match de gala, non, je ne pense pas. Mais il est sûr que nous allons le jouer à fond. A Nice, nous avions procédé un peu différemment, c’était en semaine et nous devions enchaîner sur un match important contre Gueugnon peu de temps après. Olivier Frapolli avait choisi de faire tourner. Cette fois, ce ne devrait pas être le cas. Le onze de départ sera notre équipe-type, peut-être à un ou deux joueurs près. Nous retrouvons le championnat seulement la semaine suivante, nous aurons le temps de récupérer. Je pense que notre équipe est capable de passer ce tour. Après, nous sommes aussi conscients qu’en face de nous, les joueurs de Metz sont en pleine confiance. Je les connais et je sais qu’ils ont des qualités. Ce sera un match difficile mais  la qualification est possible. »

Parmi ces Messins, vous avez côtoyé le gardien de but actuel, Oumar Sissoko. Qu’en pensez-vous ?

R.T. : « Je suis très heureux pour lui qu’il ait sa chance en ce moment ! Il a le désavantage, comme je l’ai du, d’être derrière Christophe Marichez, qui représente beaucoup actuellement au FC Metz. C’est un garçon qui mérite de jouer, je ne vois pas toutes ses prestations mais j’ai eu des échos et je suis sûr qu’il a la qualité pour s’imposer en Ligue 2. Je vais être content de le revoir et j’espère qu’il va rester en place le plus longtemps possible. »

Le FC Metz est-il  vu différemment depuis sa victoire à Lyon en Coupe de la Ligue ?

R.T. : « Je pense, oui. Nous savions qu’il s’agissait d’un tirage difficile. Metz est tout de même une équipe qui joue la montée en Ligue 1. La qualification à Lyon a confirmé tout le bien que l’on pensait d’eux. Mais nous ne les craignons pas davantage. Après tout, nous sommes bien parvenus à battre Nantes chez nous cette année et nous avons aussi gagné contre Brest, une autre équipe de Ligue 2. On sait au fond de nous qu’on peut passer. »

Retrouvez l'interview dans son intégralité sur l'antenne de D!rect FM vendredi soir juste avant la rencontre

 

A lire également

05déc2019

Web TV

05/12/2019 Metz - Rennes, la réaction de Gakpa et Delecroix Toutes les vidéos
Lire la suite

04déc2019

Le Match

Invaincu depuis quatre rencontres, le FC Metz retrouvait son Stade Saint-Symphorien, ce mercredi soir, avec la ferme ambition de poursuivre sa série...
Lire la suite