Réservez votre place pour Metz - Reims !

Patrick Barth ( Deuxième partie)

Deuxième partie de l'interview de l'entraîneur des gardiens, Patrick Barth. Dans celle-ci il nous explique l’évolution du football depuis sa retraite professionnelle.
Partager cet article :

Ancien professionnel, comment jugez-vous
l'évolution du championnat et des entraînements ?



Le gardien travaille plus à son poste. Depuis que le football existe les gardiens
ont toujours travaillé dans les buts, puisque les joueurs ont besoin du gardien
quand ils veulent travailler leur efficacité devant le but. Mais être dans les
buts face aux attaquants et recevoir un ballon toutes les cinq secondes pendant
une demi-heure, ne peut pas avoir la même efficacité que lorsque l'on fait un
travail spécifique.

Il faut les deux : la confrontation directe avec les attaquants
(c'est la réalité du match), mais aussi, comme pour les joueurs de champ, travailler
les " gammes " du gardien, sa prise de balle, sa relance.
Cette dernière à beaucoup
évoluée, dans le jeu au pied comme dans le jeu à la main. L'évolution est surtout
marquée par un football devenu beaucoup plus " scientifique ". On est beaucoup
plus pointu, plus rigoureux, plus professionnel. L'encadrement des joueurs et
les dispositifs mis à leur disposition se sont beaucoup améliorés aussi. Avant
un entraîneur unique s'occupait de tout.

L'entraîneur des gardiens est venu l'épauler
par la suite, et d'ici quelques années peut être que comme au rugby il y aura
un entraîneur par ligne. D'ailleurs, c'est déjà un peu le cas avec Christian Bracconi,
qui s'occupe depuis cette année de l'aspect offensif de l'équipe. Mais il faut
dire une chose, et c'est sans prétention, pour devenir entraîneur des gardiens
il faut avoir été gardien soi-même. C'est tout un feeling, une responsabilité
que seul un ancien gardien peut connaître. C'est un rôle ingrat et pas assez reconnu.
Entraîner un gardien c'est le faire travailler dans la difficulté tout en lui
donnant toujours une chance d'avoir le ballon.

Il faut trouver un juste milieu
entre les confrontations avec les attaquants, qui ne cherchent qu'a marquer sans
se poser la question de savoir si le gardien est sur ses appuis, et le travail
spécifique ou l'on " laisse " une chance même minime. Si sur 10 ballons le gardien
s'en prend 9 dans la lucarne, soit il vous tape dessus soit il arrête !

On apprend
les bases aux jeunes gardiens et, plus on monte de niveau, plus ces bases se personnalisent
d'un style comme celui de Lionel Letizi, Faryd Mondragon ou encore celui de Jacques
Songo'o. Il ne faut surtout pas essayer de changer ce style propre à ces joueurs,
qu'il soit spectaculaire ou non. A partir de là, parmi les anciens gardien, certains
ne voudront pas enseigner leur savoir, mais généralement on a toujours envie de
" transférer " son savoir au plus jeunes.


Apres un Faryd Mondragon souvent décisif la saison
dernière, les supporters vont sûrement attendre beaucoup du nouveau portier
messin. Appréhendez-vous cette situation où êtes vous serein ?



Il est
évident qu'arrivant derrière Lionel Letizi et Farid Mondragon, ce n'est pas quelque
chose de facile. Généralement quand on arrive derrière quelqu'un qui a joué toute
une saison, c'est qu'il méritait sa place. En fait, je pense qu'il faut que le
gardien réussisse son début de saison, les 3-4 premiers matchs, en étant présent
quand il faut. A partir de là, son capital confiance lui permettra de faire une
bonne saison. Maintenant, il est évident que l'on appréhende toujours un peu,
puisque le poste est délicat et que l'on ne pardonne pas grand chose. L'année
dernière, trois gardiens ont joué et, a part Faryd Mondragon, ni David Klein,
ni Sebastien Chabbert n'ont réussit à véritablement s'imposer puisque leur prestation
n'étaient pas " jugées " extraordinaires.

Mais il faut bien voir, et je parle
par expérience, que si un gardien n'a pas la confiance, que ce soit celle du coach,
celle des joueurs ou celle du public, il lui est très difficile de faire de bonnes
choses.

Que ce soit Jacques Songo'o ou un autre gardien, il lui faudra être présent
tout de suite. Maintenant, l'expérience aidant , je pense qu'avec tout ce qu'il
a connu en Espagne et le fait qu'il connaisse déjà la " maison ", Jacques Songo'o
devrait être a la hauteur.

A lire également

11nov2019

Web TV

11/11/2019 Lille - Metz, la réaction des coaches Toutes les vidéos  
Lire la suite

Gratification

Auteur d'une solide performance sur la pelouse du LOSC (0-0), Alexandre Oukidja figure dans l'équipe type de la 13ème journée du journal L'Equipe. Il...
Lire la suite